Pouvoir 3.0 Autorité 2.0 et Responsabilité 1.0 !

Dans l’entreprise 3.0 (libérée), le principe est de diminuer (voire supprimer) le management et de transférer le pouvoir aux collaborateurs. Qu’en est-il alors de l’autorité dans ces entreprises et surtout de la responsabilité légale face à un droit du travail encore en 1.0 ?

Rappel sur les différences entre pouvoir, autorité et leadership ?
(Source « Pouvoir, Leadership et Autorité Dans les Organisations » Par Pierre Collerette)
En s’appuyant sur les différents travaux et les études effectués sur ce sujet, on peut simplifier les choses en disant que le pouvoir peut se manifester selon 2 critères :
L’aspect formel :  un pouvoir est formel s’il est régit par des lois, constitutions, contrats.
La légitimité : c’est l’adhésion au pouvoir, l’acceptation et la volonté de se soumettre à ce pouvoir, d’en accepter les règles.

Les 4 formes de pouvoir :
(cf synthèse schématique)
– Le pouvoir légitime (accepté) :
S’il est formel (régie par des lois, un contrat), on trouve l’autorité (influence acceptée).
S’il est informel, c’est du leadership (influence choisie).

– Le pouvoir illégitime (non accepté) :
S’il est formel, c’est de la dictature (influence subie)
S’il est informel, c’est de la domination (influence tolérée)

Nous nous intéresserons, ici, au pouvoir légitime…

L’autorité implique une responsabilité légale !
Dans une entreprise traditionnelle, le transfert de pouvoir est formel, contractualisé par un document (pouvoir, contrat, fiche de fonction). Le transfert de pouvoir dans ces entreprises est donc directement associé au transfert d’autorité. La responsabilité engage donc directement le détenteur de cette autorité de manière officielle et légale (en fonction des situations). Ceci est accepté par le responsable qui est donc prêt à assumer personnellement les conséquences de dysfonctionnements ou de dérives.

Le transfert de pouvoir dans les entreprises 3.0 ?
Dans une entreprise libérée, le transfert de pourvoir est informel. Il est basé sur un pouvoir de type leadership (influence choisie). La responsabilité des collaborateurs est donc morale (ou interne à l’entreprise) mais la responsabilité officielle et légale est donc toujours endossée par l’autorité en place : soit directement par le dirigeant s’il n’y a plus de leader « officiel », soit par les leaders si cela a été formalisé.

L’autorité dans les entreprises libérées !
Ne nous trompons pas, il reste donc toujours une autorité dans les entreprises 3.0 puisque c’est cette autorité qui sera officiellement et légalement  responsable. Cette autorité devra aussi protéger l’ensemble de ses collaborateurs libres et autonomes. Par exemple, ne pas les laisser prendre des décisions qui pourrait être préjudiciable aux collaborateurs : rester trop longtemps sans prendre de congés, trop d’engagements nuisant à leur santé, trop d’autonomie d’un coup et pas en adéquation avec leur maturité, etc.
Chez Agesys, nous avons des leaders « officiels » qui remplissent ce rôle et chaque collaborateur choisit, chaque année, son leader officiel.

Leadership au quotidien :)
Au quotidien, chaque collaborateur est autonome, libre de ses actions pour réaliser au mieux son métier, sans avoir à se référer à des procédures ou à un « chef ». Des outils et de l’accompagnement doivent être mis en place pour favoriser cela. C’est ce que nous avons mis en place chez AGESYS.  Pour le travail en équipe, un leader est coopté pour la durée de la mission et a un rôle de capitaine.
Ce type de management opérationnel est donc un pouvoir de type « leadership ».

Voici un petit éclairage sur le grand écart en un pouvoir 3.0 dans un droit du travail 1.0  :)

Christophe THUILLIER

 

Publicités

1 commentaire

  1. « S’il est formel (régie par des lois, un contrat), on trouve l’autorité (influence acceptée). » -> ca supposerait qu on ai le choix. dans une état de droit , le fait d etre né ou resident a un endroit fait que tu subis les lois de cet endroit. la meme pour tous . one size fits all.. ca le rends pas légitime pour autant, AMA. ca reste une domination, mais de la majoritée. mais il n y a pas d e choix, d autonomie, d alternatives.

    c est pour ca que dans ton cadran « leadership » c est « choisi ». je peux voter avec mes pieds et bouger ( d entre prise en entreprise) . plus dur entre états…

    ( mais ca nous emmène un peu loin, bien sur….)

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s